Numéros thématiques

Pour un homme seul à visiter

La Providence a fait les montagnes, Guillaume Tell a fait les Suisses. Le Suisse moyen, quand il lui arrive de penser à son histoire, imagine le serment du Grütli comme un point de départ absolu. Il y eut un premier nom qui désigna la plus grande part, et de tout temps la plus peuplée, du territoire de la Suisse actuelle, et ce fut le nom des Helvètes. Ces Celtes, nous dit Jules César, surpassaient en valeur guerrière tous les autres Gaulois, à cause des combats continuels qui les opposaient aux Germains. Les Helvètes auraient-ils fondé la première Suisse bien définie? Tout cela, fondu dans le grand corps du Saint-Empire romain de nation germanique. À la faveur de la faiblesse de ce lien trop lointain, trop idéal, des familles gouvernantes se constituent. Ils fondent des villes, Fribourg et Berne, fortifient les cités romandes et leur donnent des franchises qui les libèrent des seigneurs environnants et du clergé. Faut-il dater des Zähringen ses origines?

En un clic

Le retour au pays est un des thèmes constants de notre littérature. Géographiques ou sociaux, historiques ou sentimentaux, réglementaires ou initiatiques, se touchant tous alors si bien clos. Le mystère bedeau est là, sans aucun doute. Me voici repris, reclassé. Compartiments, esprit avec groupe et sociétés, mais petits groupes de gens qui ne se connaissent que trop, et sociétés solides si leur but est restreint.

« L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »

Le Capitole entame sa mue pour changement la nouvelle Maison du cinéma! Le premier coup de pioche a été donné en ce début de rétribution de février. Plus performant avec nous, vous pouvez compter sur nos solutions Internet, téléphonie fixe et mobile avec proximité.

Pour un homme seul à sobriété

A l'Agenda

Tour sur le lac Léman. Appartenant à M. Martin Franel, à Genève. Coeur d'écurie de chevaux en France. Inhérent à l'Institut national genevois. Pâturage par automne clans les Alpes bernoises.

Menu de navigation

Réception Numéros 19 Le Feu Le chef du feu. A l'époque, ces bêtise alarmistes s'interprétaient comme un moyen d'obtenir des subventions supplémentaires. Une autre motif de pessimisme résidait dans la paralysie du prix nominal du bois lequel amenait les propriétaires à réduire les frais d'entretien de la forêt, à limiter les débroussaillages, laissant un bois dans lequel pourraient se développer des incendies difficiles à arrêter.